Comment faire un bon thé?

I- Choisir son thé

Pour les thés addicts,  il n’existe pas plus grande désolation que de se retrouver devant un sachet de Lipton Yellow. Et quand on sait que c’est le thé le plus vendu, vous imaginez le snobisme que c’est de le dénigrer.

Pourtant comme une évidence, pour faire un bon thé, il faut avant tout une chose essentielle selon moi : du thé, du vrai. Je sais, j’enfonce des portes ouvertes, mais il y a une différence entre de la poussière de thé et des feuilles de thé. Tout comme il y a une différence entre un vin dans un pack en carton du supermarché du coin et du vin vieillit en fut et mis en bouteille. Et en ce sens le Lipton Yellow ce n’est pas du thé.

Je sais que les puristes ont tendance à investir dans le thé en dépensant sans compter ou presque chez des maisons de thés de renom. Je comprends également qu’on n’est pas l’envie de payer son sachet de thé à usage unique  l’équivalent de toute un paquets de 40 sachets de Lipton. Cependant il existe de bons thés à des prix très abordables que l’on peut trouver en supermarché comme notamment Tetley.

Le thé comme le vin est gradé selon sa qualité et peut être également millésimé. La qualité d’un thé dépend du type de cueillette et de la taille des feuilles. En gros, on peut avoir des feuilles entières, des feuilles brisées, des feuilles broyées et de la poussière de feuilles broyées.

Ensuite le choix du thé va dépendre aussi de ses envies, du moment de la journée, de la saison et sans doute de beaucoup d’autres facteurs tels que les goûts et les couleurs.

En effet, il y a des thés fleuris, des thés épicées, des thés gourmands, des thés fumés, des thés fruités etc… Personnellement j’ai une préférence pour les thés noirs fruités et épicés mais ce n’est au final qu’une question de gout. De même il existe une variété de couleur : blanc, vert, bleu, noir, rouge… qui correspondent à un dosage en théine et une façon de travailler les feuilles de théier (variation de la fermentation).

A chaque couleur de thé correspond, une origine, une température d’eau, une durée d’infusion, une théière, une cérémonie, un accompagnement etc… c’est la que la préparation devient primordiale.

II – Préparer son thé.

Peut-être avez vous déjà pu assister à une cérémonie du thé à la japonaise? ou du moins vous en avez une petite représentation en tête. La préparation du thé peut se révéler être un art à part entière, même si ce rituel n’est pas forcément nécessaire, c’est une expérience à part entière. Les méthodes de préparations du thé sont représentative d’un pays, chaque pays ayant une tradition bien définie.

Ainsi un thé chinois se prépare dans une petite tasse à couvercle idéale pour les thés délicats comme le thé blanc. La théière japonaise en fonte est utilisée pour le thé vert, et d’ailleurs un même thé peut être infusé plusieurs fois. Les théières en porcelaine plus classique sont utilisées pour les thés noirs le plus souvent.

De même que le choix de la théière est important pour libérer tout les aromes du thés, la température est cruciale et diffère selon le thé.

Un thé blanc s’infuse à 70° pendant 7 à 10 minutes, un thé vert à 70°/80° pendant 3 à 5 minutes, un thé bleu s’infuse à 95° de 4 à 7 minutes, un thé rouge à 95° de 4 à 5 minutes, et le thé noir à 95° de 30 secondes à 5 minutes.

Coté cérémonial les puristes bannissent le micro onde et la bouilloire car l’un comme l’autre font perdre l’oxygène de l’eau et donne un gout amer au thé, mais le coté pratique de la bouilloire reste indéniable, il faut juste penser à l’arrêter avant que l’eau ne bout, juste quand elle commence à frémir. De même, un thé sera bien meilleur s’il infuse dans une théière déjà chaude, aussi il est souvent conseillé d’ébouillanter la bouilloire avant pour réchauffer les feuilles de thé afin qu’elles dégagent tous leurs aromes.

Enfin, on verse l’eau sur le thé et non l’inverse cela permet d’imprégner toutes les feuilles et d’éviter l’amertume. Je sais que l’on lit souvent l’inverse, sois disant pour éviter de bruler les feuilles de thé mais si l’eau est à bonne température, ce risque est inexistant.

Il ne reste plus qu’à déguster.

 

 

3 Replies to “Comment faire un bon thé?”

  1. Je n’aurais pas cru que les rituels autour du thé pouvaient prendre une telle dimension chez les puristes!

    1. oh si ! D’ailleurs c’est une expérience formidable que de faire la cérémonie du thé à la maison du Japon .

      1. je veux bien te croire :)

Laisser un commentaire