Harpo

Je sais que la mode est au vintage style 50’s sans doute influencé par Mad Men, mais comme vous le savez le vintage et moi ça fait un peu deux, du moins ce vintage là. Sans doute parce que je suis très mal à l’aise avec l’image de la femme véhiculée à cette époque même si dans les faits l’émergence de la femme « moderne » a été à cette époque capital ce n’est pas l’image qu’il reste bien malheureusement, il suffit de regarder pour cela ma sorcière bien aimée ou les différentes pub sur l’utilité des robots ménagers (là tout de suite j’ai en tête une scène mémorable de the Truman show), sans compter les robes bien ajustée et les coiffures rigides… Bref, définitivement pas moi, de cette période je ne garde que Elvis au final.

Je suis plus nostalgique des années 60-70, j’ai du être hippie dans une autre vie, cheveux au vent et liberty, probablement junkie. Je sais pas sans doute ce vent de liberté et d’anarchie m’attire, sans doute aussi le combat pour une cause juste et bien que largement fantasmée, cette période a quelque chose de fascinant surtout comme on se l’imagine aux US.

La première fois que je suis allée sur la cote Ouest des Etats Unis, c’est là véritablement que j’ai ressenti cette energie. C’est tellement différent de la cote Est (enfin si vous ne vous arrêter pas à Los Angeles). Tant d’espace « naturel » induit nécessairement un sentiment de liberté et des envies de Road Trip. Ce sentiment est d’autant plus grand pour moi quand on a l’occasion de faire ce que l’on appelle communément « les grands parcs » et une de mes envies les plus fortes est de faire une réserve indienne. Je crois que j’attache à la population amérindienne une bouée permettant de revivre une période légèrement hippie. J’ai sans doute tord au vu de l’émergence croissante de casino mais je me plait encore à croire qu’il y a des prairies sauvages où les chevaux en liberté peuvent galoper tranquillement et où la nature faune comme flore est protégé, le tout rythmé par le bruit des tambours et des réunions purificatrices sous la tente… So cliché.

Aussi j’ai une tendresse toute particulière pour la culture amérindienne et pour leur style également. Quand j’ai commencé à m’intéresser à leur culture, il y a de ca 15 ans maintenant, j’ai découvert une petite boutique de bijoux indiens dans Paris : Harpo

C’est une boutique que j’aime beaucoup, vous y trouvez à la fois de la grosse bagouze digne du meilleurs chanteur de hard rock en argent ou avec des turquoises, mais aussi des choses délicates et pleine de significations que j’apprécie énormément. Et au passage c’est un lieu où vous êtes sur de trouver quelque chose qui me fasse plaisir sans vous tromper et dans tous les prix.  Le dream catcher annonce la couleur dès l’entrée, vous êtes quelque part dans le sud ouest des Etats Unis mais ce que j’aime dans cette boutique c’est que toutes les pièces présentées sont recherchées et respectueuses de l’art ancestral de ces peuples si proche de la nature. Le maitre des lieux est un passionné et ça pour moi, ça fait toute la différence.

3 Replies to “Harpo”

  1. « Et au passage c’est un lieu où vous êtes sur de trouver quelque chose qui me fasse plaisir sans vous tromper et dans tous les prix. »

    Haaaaan le message presque pas subliminal ! ;)

    1. et j’assume complètement ^_^

  2. Il y a un collier Harpo tout plein d’animaux colorés que j’ai dans le collimateur depuis des lustres. Je garde ça dans un coin de ma tête pour quand ce sera financièrement décent d’y songer, alors j’y pense, j’oublie, et j’y repense en tombant sur ce genre d’articles. :)

Laisser un commentaire