J’ai testé pour vous : se faire un tatouage

Voilà une semaine que j’ai franchi le cap. Mais en réalité je crois qu’on réalise pas vraiment qu’un tatouage c’est un avant, un pendant et un après.

Avant

L’avant est réellement crucial. Je ne suis pas sure que le tatouage gueule de bois à l’anglaise existe vraiment ou du moins j’ose espérer que non, quoique… à force de voir des tattoo vraiment horribles sur google image on se dit que peut être finalement ce n’est pas un mythe.

Mais pour moi l’avant a été quoi, où et avec qui?

A la question du quoi, ça m’a pris énormément de temps avant de trouver LE motif que je voulais. A vrai dire il y en a plusieurs qui me plaisaient mais je voulais quelque chose de simple et de petit pour mon premier. Et un jour, j’ai trouvé et j’ai su que ce serait celui là, que ce motif là je l’aimerai pour le reste de ma vie. Et le où a suivi juste après. Au vu du motif, je savais que ce serait au poignet gauche que je le voulais. A l’inverse certaines personnes choisissent l’endroit avant le motif, pour des raisons perso ou une volonté que ca se voit ou au contraire que ca ne se voit pas. Question de sensibilité personnelle j’imagine.

Et puis il y a le chez qui une fois qu’on est sur de son projet, parce que dans le avant il y a aussi les personnes qui vous dissuadent de vous faire tatouer ne comprenant pas l’intérêt ou que sais-je, j’en ai entendu tellement que je crois que mon cerveau a choisi de lui même de se fermer à ce genre de commentaires; mais quand on est vraiment sur de son choix alors la question du chez qui le faire se pose.

Et là, c’est pas qu’une question d’hygiène, même si c’est primordial, c’est plus une question de sensibilité artistique. Sauf que quand comme moi, tu choisis de faire un petit motif, qui ne demande pas d’avoir fait les beaux arts, ben tu te sens pas d’envoyer un mail à un artiste tatoueur dont le portfolio te plait, alors à défaut tu choisis un lieu.

Mon chéri étant passé chez Tintin pour les siens, j’aurai très bien pu suivre le mouvement, mais je n’étais pas totalement fan de la couleur de leur encre noir qui a tendance à bleuir selon moi. Après je sais que ca dépend de la peau, mais j’ai l’impression que la maison a tendance à choisir un noir qui va s’allier avec des applats de couleurs et donc du coup un noir moins noir. Et quand tu veux un noir simplement noir, c’est la que tu vois la différence de teinte, quasi infime mais pour moi ca fait toute la différence. Selon mes connaissances tatoués, il fallait que j’aille chez Abraxas pour avoir un vrai noir.

Le 20 janvier, j’ai donc pris RDV pour un tattoo le 24/01.

Pendant

J’avais rdv, j’ai été prise 3/4 d’heure après donc bien le temps de stresser avant mais on était trois à attendre pour notre premier tattoo alors finalement ca détend un peu. J’ai été la première à passer avec un autre tatoueur que celui que je devais avoir suite à un problème informatique (deux personnes en RDV avec le même tatoueur) mais je pense avoir vraiment gagner au change. Il a été très gentil et je sais que c’est totalement cliché mais le fait qu’il soit lui même tatoué (hyper tatoué même) contrairement à celui que j’aurai du avoir normalement, ça rassure quand même pas mal.

Hygiène irréprochable d’ailleurs ça sent un peu le labo. Je lui présente mon bras et c’est parti. Et là, oui ca fait mal, un peu comme un vaccin qui dure trois plombes, mais alors c’est tellement rien (sans doute parce que c’est un petit tattoo) comparé à une pause de stérilet ou même une épilation du maillot que je me détend rapidement. Il est clair que j’y prend gout, je tente même un regard vers mon bras et je pense déjà au prochain tattoo que je ferai.

Je rejoins la troupe de ceux qui disent le tatouage soit tu deviens addict soit tu détestes, mais en général t’en fait un et tu devient addict. C’est exactement ça.

Et puis voilà, au bout de 15 min, c’est fini. Tu le regarde, tu souris un peu béatement et tu te dis qu’il a toujours été une partie de toi, que ton bras n’a jamais existé sans lui et tu remercie au moins 15 fois ton tatoueur. C’est très étrange comme sensation. Mais c’est une certitude un peu magique.

Après

Après on te donne ton contrat que tu as signé juste avant avec toutes les explications et conseils à suivre pendant  15 jours.

Après ca veut dire, pas de piscine, pas de hammam avec les copines, pas de voyage surprise au soleil, pas de vêtement serré mais à la place une relation très soutenue avec un tube de Bépanthène.

Après ca fait aussi deuxième effet kiss cool, une envie de gratter un peu comme si un connard de moustique avait choisi de te piquer juste à cet endroit très précis. Ca te prend un peu à n’importe quel moment et quelques fois tu te rappelle juste au dernier moment que non, faut pas gratter.

Après c’est aussi tout faire avec une main, la douche, les caresses au chat, la vaisselle etc (et c’est là que tu es contente d’avoir choisi de le faire sur ton poignet gauche) et puis c’est aussi patienter bien sagement jusqu’à ce que la cicatrisation soit finie pour enfin le prendre en photo. Hate!

En attendant, une photo envoyée par mon chéri d’un tattoo que j’aime beaucoup même si je ne le ferai pas. (clin d’oeil aux fans)

33 Commentaires

  1. Je cherche moi aussi à me faire tatouer et une collègue me disait que justement, ça faisait mal puisque c’était une aiguille qui s’enfonçait dans la peau. Que la douleur était présente, quoi. Pas un mythe. Je lui ai répondu que la douleur, c’était relatif. Que j’avais déjà passé 48h avec une cheville cassée. Et que j’en étais pas morte…
    Voilà, mais j’en suis encore à la définition du modèle…ça va être long ! Merci pour ton article, il me conforte un peu plus dans mon idée :)

    1. Alors oui, c’est indéniable, ca fait mal. Mais je pensais à pire. Disons que je n’étais pas au bord de l’évanouissement non plus comme j’ai déjà pu l’être. Après, il s’agit d’un tatouage de 15 min. Un tatouage qui se compte en heures et donc en plusieurs fois parce que éprouvant c’est autre chose niveau douleur j’imagine. De plus il parait que certains endroits (poignets compris) font plus mal que d’autres.
      En tout cas prends ton temps pour décider de ce que sera ton tattoo ^_^

  2. hâte de voir le résultat ! J’aimerais mais je n’ose pas. J’ai trop peur de regretter et d’être jugée dans le milieu professionnel …

    1. J’ai un peu envie de te dire que même si tu es mannequin, ca reste ton corps. Et beaucoup de top ont des tattoos. Après je ne sais pas comment s’est perçu mais de mon point de vue ce n’est pas un argument. Après se tatouer n’est pas une obligation non plus et d’autant plus que c’est à vie. Mais si tu veux tester sans pour autant t’engager, il existe des tattoo temporaires du genre de ceux de chez MartyTattoo. Ca peut déjà être un test pour toi?

  3. J’ai attendu plus d’une dizaine d’années avant de me faire un tatouage – je viens d’un milieu où ça ne se fait pas. J’ai choisi la chute des reins, pour que seuls quelques yeux puissent se poser dessus.
    J’aimerais en faire d’autres, mais hélas, je fais des réaction à l’encre (lorsque je mange des aliments auxquels je suis intolérante, il rougit, gonfle et chatouille) et j’ai peur de faire un choc anaphylactique au suivant.
    Et oui, ça fait mal, mais c’est en effet relatif (j’avais dit au tatoueur que j’étais douillète, après, il m’a dit que je ne l’étais pas tant que ça car je n’avais absolument pas bronché) – un accouchement, c’est infiniment plus douloureux. ;)
    Curieuse de voir le tien !

    1. C’est pas cool pour l’allergie :( mais bon au moins tu en as un pour ne pas rester avec l’envie. Pour l’accouchement je te crois sur parole, c’est un cap dans la douleur que je ne suis pas encore prête à passer ^_^

  4. Moi aussi j’aimerai bien ! Mais je ne sais pas toujours quoi, je crois que je suis super influencée par toutes les modes et tout. Par contre je connais l’endroit déjà… Mais j’ai peur de me faire genre un signe comme tout le monde et en 2030 les gens me regarderont comme ils regardent maintenant ceux qui se sont fait des trucs chinois. Tu vois?
    Enfin bref, toujours à réfléchir, donc.
    Et pour l’endroit, la côté; juste en dessous de l’endroit ou passe le soutien gorge :)

    1. Oh oui je vois très bien l’effet de mode dont tu parles, c’est ce qui m’a retenue de ne pas le faire plus tôt pas envie de faire / être comme tout le monde (avec le fait que je n’étais pas encore tout à fait sur du dessin) Celui là, je le ferais un jour, mais je n’ai pas encore le dessin définitif et il y en aura un autre sans doute avant finalement ma première envie.
      Pour les trucs chinois, le problème c’est que je ne suis pas sure que les personnes connaissent réellement la signification du caractère, ca fait un peu catalogue de décalco et pour un truc que tu garde toute ta vie, c’est un peu dommage.

  5. Je me suis beaucoup reconnue dans ton article . Cela faisait un certain temps que je voulais un tatouage , mais j’appréhendais tellement la douleur ; et quand mon tatoueur a commencé , j’étais soulagée . Finalement ce n’était pas si terrible ( je l’ai fais en haut du dos ). Je sais que je veux plusieurs tatouages et que la douleur ne m’effraye plus même si il y a toujours une appréhension ; pour l’instant j’ai une idée précise de mon projet tatouage mais je cherche le tatoueur qui me conviendra .
    L’après tatouage me rappelle des moments assez comique ,quand je devais étaler cette fichue crème à la fac , aider par des copines ( le haut du dos c’est pas pratique ) et que je devais effectuer des acrobaties pour me laver les cheveux .
    Vivement le prochain !

    1. oui vivement le prochain! C’est quoi ton projet?
      En tout cas bonne chance pour trouver LE tatoueur, je suis sure que tu trouveras sans problème.

  6. Super article… Je me tatte à franchir le pas également…
    J’aurai une question, tu n’as pas eu peur du regard des autres ? Famille, boulot, etc…
    A bientôt
    M

    1. Non pas vraiment mais j’ai 31 ans alors ca peut se comprendre je pense. Après j’avoue que j’avais une petite appréhension de la réaction de ma mère (Ca se fait pas trop dans ma famille, ca fait mauvais genre tu vois) mais au fond je m’en foutais un peu qu’elle comprenne ou non. Et pour l’histoire au final, elle s’en fout un peu aussi je crois, elle l’a trouvé joli et n’a rien dit de plus.
      Quant au boulot, c’est vraiment le dernier de mes soucis, d’autant que mon tattoo n’est pas forcément hyper visible vu que c’est l’hiver.

  7. J’ai deux tatouages et je confirme : c’est assez addictif.
    Le 2ème, je l’ai fait en Andalousie, au terme d’un voyage qui m’a transformée – c’était un coup de tête, mais j’ai choisi un motif et un endroit sur le corps auxquels j’avais déjà pensé, notamment pour avoir assisté au Tattoo Art Fest à Paris et eu un coup de coeur pour le travail d’un artiste népalais. Je m’étais dit : « un jour, je ferai quelques chose de lui ». J’ai su que c’était le moment. Par contre, et même si je pense que « l’après » doit être irréprochable, je l’ai un peu négligé car j’étais encore en plein road trip, et je suis passée par un festival sur les côtes de Bénicassim, ce qui veut dire : soleil, mer, douche en plein air… Y a mieux pour un tatouage (je ne me suis pas baignée, mais je crevais de chaud, la chaleur était insoutenable et j’étais obligée de laisser le tattoo à l’air pour éviter le frottement avec les fringues, sauf que du coup il se retrouvait souvent exposé et j’ai pris un coup de soleil dessus…). A mon retour je l’ai bichonné, et à part comme tu dis ces fameuses démangeaisons, aucunes mauvaises surprises. C’était il y a deux ans et il est nickel ajd, comme neuf… JE L’AIME ! :)
    Dsl pour ce roman, ça m’a rappelé de bons moments ^^
    Bisettes

    1. Ah oui tu as été super trash avec lui le pauvre ^^ Pour le Tattoo Art Fest, mon mec l’a fait l’année dernière et il m’a dit que c’était un peu exhib quand même, genre je te montre que je suis le meilleur. Par contre ca doit être cool quand tu as un gros projet qui demande un suivi dessin préalable pour choisir ton artiste ou un style.

  8. Hmm mon premier tattoo au mois de septembre.. Comme si c’était hier! 1h30 à se faire piquer le poignet j’adore *_* La je réfléchie à mon deuxième, pour mes 18 ans je pense! En tout cas j’aime beaucoup le tien, surtout que la nuque (ou la cheville/mollet) sera ma prochaine cible à piquer ;)

    1. Ce n’est pas mon tattoo.

  9. J’ai hâte de voir le résultat! Je suis moi-même repassée sous l’aiguille il y a peu (j’ai donc le haut du dos, les deux poignets et l’avant bras) et je suis apssée du côté addict, surtout que mon tatoueur, c’est mon voisin, et surtout maintenant un ami!

    1. La chance ! Parce que ca coute tellement cher aussi… Je sais déjà que j’en veux un derrière l’oreille gauche (le seul pour lequel j’ai déjà le dessin) mais je ne sais pas si ce sera mon prochain et un au milieu du dos et c’est celui là que je veux depuis longtemps mais dont le dessin est encore au stade de projet.

  10. *Claire* dit : Répondre

    C’est bien de concrétiser. Un tatouage c’est quelque chose qui m’a vraiment fait envie à un moment et puis à force d’hésiter il arrive le moment où tu sais que tu n’oseras plus te lancer…
    Hâte de voir ^^

    1. Je pensais pareil, surtout ce qui me gênait c’est un peu l’effet de mode, et puis l’envie est revenue encore plus forte et voilà le résultat.
      Sinon j’espère te le montrer en vrai ^^

      1. *Claire* dit : Répondre

        J’espère! On va surement se faire un week-end parisien courant Mars ou Avril ;)

  11. C’est vrai qu’on devient un peu addict.
    J’ai une orchidée sur le bras et une phrase dans le dos.
    Pour le second, l’idée m’a prise en pleine nuit à Bangkok, en regardant une espèce de « fashion week » à la tévé.
    Le suivant je sais déjà ce que ce sera : un bouddha assis (à quel endroit, par contre je ne sais pas).
    Et si vous voulez voir de très belles choses, regardez l’excellent travail de Kat Von D (sur FB)

    1. huhu Bangkok, ca fait très very bad trip 2 ^^

  12. Après 5 tatouages, je confirme qu’on devient accro au premier coup d’aiguille. Le premier je l’ai fait sur le ventre et j’ai eu bien bien mal. Après, celui que j’ai fait dans le creux du coude (le dernier en date) et qui est tout petit et qui a duré 15 minutes m’a fait bien plus mal.

    Ca reste une douleur toute relative, moins fulgurante que celle du piercing par exemple mais qui est plus sur la durée…

    D’ailleurs, j’ai encore d’autres projets tattoo mais il me faut trouver la bonne personne (je m’étais fait tatouer par une personne géniale et très créative mais malheureuse pas/plus disponibles selon mes horaires de travail actuel, tant pis) … et les fonds monétaires… C’est que c’est pas donné ces petites bêtes !

    1. C’est clair, c’est un peu cher, mais bon tu repars avec une oeuvre d’art donc ca se comprend. Après oui question douleur j’ai entendu dire que les poignets, les cotes, le coude (ext), la nuque et derrière les oreilles étaient les endroits où ca faisaient archi mal mais à dire vrai c’est pas ce qui retient au final ^^

  13. J’ai sû depuis presque toujours que je serais tatouée… Et 1 mois après ma majorité, c’était fait. Le motif & l’endroit étaient choisis depuis plus d’une année, et une fois fait j’ai ressenti exactement ce que tu décris. Mon corps semblait complet. Un petit chat noir orne donc mon épaule, et j’ai le sentiment qu’il a toujours été là.
    Puis je suis tombée enceinte, on a choisi son prénom, Rose. Et j’ai sû que je me ferais tatouer pour elle, pour graver cet amour immense dans ma peau. Peu à peu, le motif s’est dessiné dans ma tête. Une grande rose accompagnée d’une partie des paroles de notre chanson, à elle & moi.
    En même temps, j’ai franchi le pas pour un tatoo qui me trottait dans la tête depuis longtemps, qui représenterais une partie importante de moi. Un croissant de lune bleu a donc complété la collection.
    Et je ne m’arrêterais pas en si bon chemin!

    1. Je n’ai pas d’enfant mais je comprends parfaitement, je pense que le jour où j’en aurai, il y aura l’envie d’un tattoo significatif en effet.

      1. Pareil pour moi – plus haut, tu me disais que « tu en as un pour ne pas rester avec l’envie » mais cette envie est hélas très forte, mais je ne pense pas pouvoir le faire pour mes deux enfants…

        1. Et tu t’es renseignée sur les différentes encres ? Tu n’es peut être pas allergique à toutes.

          1. Non, mais j’ai plusieurs allergies et je suis très sensible et réactive donc j’ai fini par abandonner l’idée (enfin, je constate que pas vraiment puisque dès que je lis un billet sur les tatouages, je ne peux m’empêcher de penser à ceux que je ferais).
            Mon tatouage est noir, la couleur la moins problématique (j’aurais voulu turquoise, ma couleur préférée, mais j’avais lu que c’était plutôt risqué).
            J’ignorais que les encres avaient différentes compositions, mais en y réfléchissant, ça paraît logique. :)

  14. mince j’avais d’en l’idée de me faire tatouer le poignet droit … J’avais pas pensé au coté handicap.

    1. Mon mec en a un au poignet droit et ca n’a pas été plus handicapant que ça. C’est juste 15 jours en plus. Mais bon c’est un peu plus embêtant on va dire ^^

  15. Moi je l’ai fais le 12/12 à 12h, ( un signe ?! ) Bref pareil sur le bras gauche sur le coté, étant apprentis fleuriste j’ai un peu galéré pour la cicatrisation, bépanthène+film alimentaire=amis :)
    Mais sinon j’aime mon tattoo car je ne le vois presque pas et je ne m’en lasse pas. J’ai adoré avec ta comparaison de la douleur avec une pose de stérilet ou une épilation c’est exactement ce que j’ai utilisé comme comparaison pour décrire la douleur ^^
    Bref, labise à toi

Laisser un commentaire