Je mange comme une poule

© Galou dont je vous invite à parcourir le blog très fortement.

Janvier 2011, j’ai pris une décision qui s’imposait à moi comme une évidence, celle de devenir végétarienne. J’en ai déjà parlé ici mais sans vraiment m’y attarder outre mesure. Mais aujourd’hui sans doute parce que je suis convaincue de ne jamais revenir en arrière, j’ai envie de vous en parler.

Je ne vais pas vous dire pourquoi j’ai fait ce choix, je le fais déjà bien trop souvent et je trouve que cette question n’a pas grand intérêt au final.  Je préfère plutôt vous raconter tous les changements que ce choix d’alimentation impliquent, ce qui concrètement a changé dans ma vie et vous prouvez que ce n’est pas aussi difficile que certains peuvent le penser.

1- Cuisiner

C’est un fait. En France, quand on veut être végétarien il faut cuisiner. Même si les produits commencent à être de plus en plus variés, l’étape  cuisine est obligatoire. Avant je cuisinais pour les grandes occasions, mon chéri n’étant pas un grand gourmet et préférant les choses simples genre steak haché frites, je cuisinais peu. Aujourd’hui je cuisine, mais cela s’inscrit également dans une mouvance actuelle, beaucoup plus de gens cuisine aujourd’hui, on trouve énormément de livres de cuisine, de blogs de cuisine, d’émissions de cuisine, tout devient un peu plus accessible, accessoire de cuisine et petits secrets de chefs, du coup, cuisiner végé n’est pas si compliqué.

2- Redoubler d’imagination

pour éviter la monotonie dans l’assiette et surtout la facilité il faut imaginer les mélanges et les nouvelles saveurs possibles. Et pour cela, le net sauve la vie. J’ai trouvé très peu de bouquins de cuisine à la Fnac qui non seulement me donne envie d’acheter le livre mais aussi de manger ce qui est proposé, le rayon végé restent irrémédiablement un peu tristoune au milieu du rayon cuisine des libraires. En revanche, le net est truffé de très bonnes cuisinières végé voire même le plus souvent vegan qui regorge d’idées et d’ingéniosité.  (Je vous ferai une petite liste de blogs en fin d’article)

3- Changer sa façon de faire les courses

Sachant qu’il n’y a plus de cadavre dans mon frigo,le tout début de mon nouveau régime a été concrètement de faire la majorité des achats  au rayon produit laitier et oeufs (oui je suis végétarienne pas encore végétalienne), au rayon céréales et graines j’entends par là riz, pâtes, lentilles etc…, au rayon fruits et légumes bien sur (en général bio et sur le marché pour les produits de saison ou chez Picard) et au rayon Bjorg. Puis j’ai découvert une nouvelle vie en magasin bio et j’achète des produits dont jusque là je ne soupçonnais même pas l’existence.

4- « Eduquer » les proches et les autres aussi un peu parfois

Mon chéri : il a passé le cap, il mange beaucoup moins de viande qu’avant, il a essayé de passer au végétarisme complet au boulot, restau and co, mais aujourd’hui on va dire qu’il est plus flexitarien que végé.

Mes amis : ce sont des gens formidables (évidemment ce sont mes amis), qui prévoient toujours un petit truc à manger pour moi, qui respectent mon choix sans juger et qui acceptent même de manger végétarien quand ils viennent à la maison.

Mes parents / famille : là c’est plus compliqué. Ca implique de faire deux plats, parce que comprenez, il est impensable de ne pas manger, et puis tout le monde est carnivore dans la famille genre à manger son steak bleu. L’éducation a été plus longue aussi, « comment tu ne mange même pas de poisson? Mais qu’est ce que tu mange alors? », « Je ne comprends pas avant tu mangeais du foie gras à Noël, si tu ne mange ni huitres, ni crustacés, ni foie gras, ni chapon qu’est ce que je vais bien pouvoir te faire à manger?? » « T’as pas de carences au moins? c’est pas le moment de tomber malade hein, avec tous les microbes qui trainent ! » « t’es sure, t’as vérifié ton fer, tu me semble bien pale quand même.. » etc… Sachant que je n’ai pas été malade de tout l’hiver, et que ma mère s’est pris cette année la bronchite du siècle que mes soeurs ont enchainé entre gastro et grippe, je me dis que quelque part y’a une justice.

Les autres : entre le cri de la carotte, le questionnaire agent de la gestapo genre « et ça tu le remplace par quoi et ça et ça et ça » et les « je préfère ne pas savoir comment s’est fait ce que je mange » je dois avouer que quelque fois on se sent un peu seul. Il faut sans cesse se justifier de ne pas manger de mort, il faut sans cesse argumenter sur des répliques à deux balles du style « tu dois avoir plein de carence alors!  » ou « mais la carotte aussi elle est vivante ! », il faut sans cesse rappeler que non, un resto de sushi ca va vraiment pas le faire parce que beaucoup pensent qu’un végé mange du poisson, il faut sans cesse prendre sur soi et préférer ne pas rentrer dans un débat inutile pour éviter de s’épuiser en argumentant face à de gros blaireaux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et qui savent toujours tout mieux que tout le monde de toute façon (mais ça malheureusement ca ne vaut pas que pour le végétarisme…). Bien sur j’exagère (presque pas quand même) il y a des gens tout à fait ouverts et curieux avec qui ont peut réellement discuter du sujet et qui même s’ils n’y adhèrent pas et n’y adhéreront jamais, comprennent que l’on puisse faire un tel choix.

5- Lire les étiquettes

Tous les gens allergiques savent de quoi je parle. On trouve des résidus de tout partout. Etre végé ca exclut de fait la gélatine par exemple. Donc on oublie la plupart des bonbons, notamment, quelques compotes, confiotes and co aussi. Alors oui, on passe des heures à faire ses courses, on ne prend rien par habitude non plus sans lire l’étiquette car il faut le savoir la composition change très souvent. A cela s’ajoute tout ce qu’on éliminait déjà à l’origine, comme les sulfites, l’huile de palme, les huiles hydrogénées, l’aluminium etc…bref, c’est sans aucun doute la partie la plus compliquée et la plus épuisante aussi. C’est aussi celle qui nous conforte le plus dans notre choix car étrangement, quand on voit le nombre de merde qu’on aimerait nous faire avaler, on se dit que limiter la casse c’est peut être pas si mal finalement.

6- Equilibrer ses menus ou essayer de compenser

A force de lire des recettes et de compléter avec des infos essentielles sur comment combiner les aliments pour être en parfaite santé, je peux vous dire que les végétariens savent parfaitement se qu’il faut faire pour que l’alimentation soit la meilleure possible et la plus saine tout en étant très gourmande. Et ça, ce n’est pas donné à tout le monde loin de là. Malheureusement il n’y a pas d’éducation alimentaire, elle fait partie d’un patrimoine transmis par la famille dans le meilleur des cas, mais on ne sait pas vraiment pourquoi et où trouver telle ou tel vitamine ou minéral nécessaire à notre santé ni vraiment à quoi ca sert ni dans quelle quantité cet élement est nécessaire. On nous parle de calcium, de vitamines D,  d’oligo-éléments, de probiotiques etc… mais en réalité qui sait ce que c’est?  Un végétarien pourra répondre à ces questions dans 98% des cas, il saura que le lait de vache est souvent pollué par les antibio et l’excès de vitamines D, il saura aussi que la purée de sésame ou les lentilles sont des aliments bourrés de fer nécessaire à l’oxygénation du sang. Il pourra vous dire que votre « viande » de chez Mc Do n’en est même pas pour plus de la moitié de sa composition.

7- Vouloir aller encore plus loin

Je suis végétarienne, je ne suis pas végétalienne, je ne suis pas vegan. Je mange des produits laitiers, des oeufs,  du miel et je porte de la laine et du cuir (sac et chaussures principalement). Je pense qu’un jour je franchirais le pas. Peut être quand il sera aussi facile d’acheter du beurre d’amande que du beurre tout court, je ne sais. Je n’y suis pas encore. Si je peux choisir entre un produit vegan et un produit animal (lait végétal) je choisis le produit vegan, mais mon implication somme toute s’arrête là pour le moment. Je reste toujours folle de sac et de chaussures, même si j’en achète somme toute moins qu’avant.  J’ai encore quelques étapes à franchir pour atteindre pleinement mes convictions, c’est un fait. Un jour j’y arriverai.

Quelques sites très bien très bien ^_^ :

VG-Zone : un des meilleurs site sur le sujet, très complet, avec plein d’idées de recettes, des adresses etc…

100% végétal + son livre : un très joli blog hyper gourmand avec plein de jolies images

La table verte

Cherry Veg Zombie

Pankaj : pour les amoureux de cuisine indienne

 

11 Commentaires

  1. bonjour
    juste un petit mot pour te remercier !!
    j’ai lu avec grand intérêt !!!
    j’admire!! et perso je vais essayer d’adopter!!!
    merci

    1. Amy dit : Répondre

      De rien vraiment et je suis contente si cela peut créer des vocations ou au moins faire en sorte que les gens diminuent leur consommation d’êtres vivants.

  2. Bonsoir ! Merci pour ton article informatif !
    Je me reconnais tout à fait là-dedans : « A force de lire des recettes et de compléter avec des infos essentielles sur comment combiner les aliments pour être en parfaite santé, je peux vous dire que les végétariens savent parfaitement se qu’il faut faire pour que l’alimentation soit la meilleure possible et la plus saine tout en étant très gourmande. » C’est d’ailleurs ce que j’ai expliqué dans mon article sur le même sujet qui a aussi fait la Une (http://hypiness.blogspot.fr/2012/03/journee-sans-viande-ma-sensibilisation.html)
    Merci pour tes partages de liens, je suis sans cesse en train d’en rechercher de nouveaux !
    Je rajoute à ta liste :
    http://vegebon.wordpress.com/
    http://veggie-company.tumblr.com/ : le blog d’une lectrice
    Pour manger végétarien au boulot, je dis oui aux bentos :
    http://www.monbentovegetarien.com/
    http://vgbento.blogspot.fr/
    sans oublier le blog de Cléa qui complète son livre : http://www.cleacuisine.fr/

    Bises

    1. Amy dit : Répondre

      Waouh super merci pour tes liens également et je suis bien d’accord avec toi sur le bento, il faut vraiment que j’aille fouiller ces sites !

  3. Merci pour cet article qui pourra peut-être changer beaucoup de points de vue! Le miens, en tout cas, s’en voit modifié, parce que je ne voyais pas le végétarisme sous cet angle: quelque chose d’aussi compliqué (le petit point sur les étiquettes m’a bluffé).

    Ma meilleure amie aimerait devenir végétarienne, mais ses parents ont refusé. Ils la laissent supprimer la viande de son alimentation, mais elle ne peut bannir le poisson. Mais j’admire son geste, que je trouve grandement justifié, et comme je sais qu’une fois sa majorité et du coup son indépendance atteinte, elle ira jusqu’au bout de son objectif, j’évite toute plaisanterie à ce sujet. Les « Mmmmh, regarde-moi un peu cet hamburger » m’exècrent. Je les trouve puériles et…oui…un peu cruels, en partant du principe que la personne ayant décidé d’être végétarienne avait peut-être un grand « amour » pour la viande, avant.

    En tout cas, merci beaucoup pour cet article :)

  4. Amy dit : Répondre

    Alors non, ce n’est pas si compliqué d’être végétarien. Je pense que c’est beaucoup plus compliqué d’être vegan. Je trouve toujours quelque chose à manger dans un resto normalement et quand je demande un plat ou initialement il y a de la viande, sans viande on me propose toujours de remplacer la viande par quelque chose. Ce qui est compliqué en fait c’est plus de changer l’image que les gens se font des végétariens et surtout du végétarisme. Et là, en effet, y’a du boulot parce que la désinformation est très très importante.

  5. J’ai beaucoup de respect pour ton engagement. D’ailleurs, tu sais que ton régime ne m’a jamais posé problème et que pour moi, c’est un principe de se soucier des régimes de chacun quand je reçois :)

    Perso, ça fait bien 5 ans que la viande et le poisson sont des produits rares dans mon assiette, et ce n’est pas qu’une question de prix! Quand on réfléchie bien à nos envies (et non pas caprices), on réalise facilement que ces produits ne nous sont pas nécessaires plus d’une fois de temps en temps.

    Quoiqu’il en soit ; RESPECT ! :)

    1. Amy dit : Répondre

      Oui c’est exactement ça. Sans dire que j’étais végétarienne avant, je crois que la viande avait déjà bien déserté mon assiette (je ne mange plus de boeuf depuis déjà 20 ans) et que je mangeais que de temps en temps du poisson, même si j’adorais ça. Donc quelque part, il n’y a pas eu de grand bouleversement si ce n’est ne plus acheté de lardons pour ma quiche/cake/pate carbo etc… ^_^

  6. Lou dit : Répondre

    coucou
    Félicitation pour ton choix et bon courage ! agée de 22 ans je suis végétarienne depuis 9 ans et c’est vrai qu’il faut s’habituer, mais tu verra on s’y fait vite. Je suis moi à l’étape ou j’ai très envie d etre végétalienne…et c’est vrai que ça fera beaucoup de changement, ce qui me freine,c’est que la ou j’habite (ile de la reunion) il n’y a rien de végétalienne de dispo..donc je sais que mon alimentation sera réduite! bienvenu dans la famille des végétariens! et ne fais pas trop attention aux éventuelles critiques, on s’habitue :) je vais faire un tour du côté de tes liens, merci d’avance

    1. Amy dit : Répondre

      Oh oui c’est clair que passer vegan à la Réunion ca doit être quasi mission impossible. Déjà que passer végé a du être bien dur et cher puisque une des spécialités locales est le poisson…
      J’admire !

  7. C’est amusant de voir qu’on passe tous par le même genre de constatations tout en faisant chacun son propre cheminement.
    J’espère que tes relations s’amélioreront avec le temps et que tu trouveras toujours plus de nouvelles idées !

Laisser un commentaire