NOT AFRAID

charlieMercredi 7 janvier 2015, je me suis levée aux aurores, je n’arrivais pas à dormir, alors au lieu de tourner dans le lit et de manquer de réveiller mon mec à 4h et demi, je me suis installée sur le canapé et j’ai bouquiné. J’avais terminé un livre la veille ayant pour thème majeur les peurs qui nous paralysent. Très mauvais livre au demeurant, mais le thème de fond lui m’a vraiment interpelé. Et puis, j’ai préparé un bon petit déjeuner équilibré à base de fruits et de fibres pour tenir toute la matinée, j’ai allumé la tablette, me suis connectée à Instagram, mon réseau chouchou et en ouvrant les volets je me suis aperçue que la tour Montparnasse avait disparue derrière la brume. Je me suis dit, hum s’il faisait plus froid on pourrait espérer qu’il va neiger.
J’ai ouvert l’ordi, bosser un peu à mon nouveau projet et puis je me suis préparée, j’ai longtemps hésité à partir faire les soldes, rapport à mes résolutions et puis après plusieurs hésitations et compromis, je suis partie en me disant « ok, pour les pulls, tu en as besoin mais non pour les chaussures tu en as 100 000 paires ! Je ne suis pas allée bien loin, Benetton pour deux jolis pulls en cachemire et H&M pour un pull et une chemise 100% coton, je suis passée chez Picard pour m’acheter des légumes pour le déj et je suis rentrée chez moi, parfaitement insouciante et plutôt ravie de mes achats que je m’empresse de prendre en photo pensant les mettre sur Instagram quand je reçois un message de ma mère : « Ne sors pas de chez toi, y’a des fous qui font un carnage. S’il te plait ne me fait pas inquiéter ! »
Et c’est à cet instant, précisément, que de l’insouciance et de toute la banalité d’une matinée normale, je passe à la terreur. J’allume fébrilement la télé pour voir les infos et je vois l’horrible nouvelle. A la terreur se mêlent le choc et la tristesse.
J’ai suivi des discussions sur twitter, (moi qui ne suis jamais sur twitter) sur facebook aussi, avec cette même question en tête : POURQUOI ?
Pourquoi tant de haine ? Je n’ai pas vu la vidéo horrible de la mort de ce policier, je n’ai pas entendu les coups de feu, mais je ne peux que les imaginer. J’ai vu cette photo dans l’article du Monde d’aujourd’hui, j’ai lu les chroniques de Libé du Figaro etc… relatant les faits qui font si froid dans le dos et je me répète sans cesse depuis hier, pourquoi tant de haine ?
Cette haine insidieuse, distillée depuis des années d’abord au compte goutte puis sans se cacher ces derniers temps, faisant la part belle aux amalgames, à l’intolérance, et surtout ne laissant plus de place à la différence et à la LIBERTE ne faisant que renforcer ce climat de peur.
Peur de l’autre, perte de confiance, augmentation des phobies, manque de respect, violences multipliées, plébiscite pour l’uniformité, refus de liberté et j’en passe, je reste sidérée à chaque fois devant les contradictions de certains propos, la provoc gratuite et l’inhumanité de certaines personnes. Ca fait peur, y’a des fous partout me disait une amie après que j’ai relaté mon agressions odieuse (heureusement que verbale) par une folle raciste il y a quelques temps.
Ca fait peur toute cette foule folle furieuse venue piétiner la fin de Virgin pour un Ipad, ça fait peur toute cette foule venue déclarer que certaines personnes méritaient moins de liberté que d’autres, ça fait peur ces discours incohérents voulant revenir sur la peine de mort ou sur l’avortement, plus belles avancées humaines de ces derniers temps, ca fait peur cette montée du FN justement provoquée par la peur.

Ce mercredi cette peur a frappé en plein cœur.

Mais de ce mercredi j’ai envie de retenir malgré toute la tristesse qu’il y a dans mon cœur, cet énorme mouvement de solidarité et ces neuf lettres dans la nuit :

NOT AFRAID

notafraid
NOT AFRAID
Car la France aujourd’hui plus que jamais est debout pour ses valeurs.
NOT AFRAID
Car c’est la peur qui provoque la haine.
NOT AFRAID
Car l’Amour est plus fort que la haine
NOT AFRAID
Car nous sommes tous CHARLIE

 

une-charlie-hebdo

Laisser un commentaire