Speed Spring

Je sais le titre est pourri, mais c’est un peu mon état d’esprit du moment. Je sens la mue. Et pas seulement à cause des allergies qui commencent et de mes plantes qui poussent doucement.

 

 

 

C’est le printemps et je n’ai donc plus de temps. Comme je vous l’avais déjà dit, y’a du changement dans ma vie, pour l’essentiel, j’ai changé de boulot, je travaille avec Barbie et Bratz, et ça promets quelques articles bien croustillants, si j’ose. J’avoue que l’adaptation est un peu délicate, mais bon je récupère mon bureau définitif dans une semaine et j’ose espérer que rien que ça déjà, ça changera beaucoup de choses. Je pourrais déjà flâner sur le web pour lire mes copinettes sur Hellocoton et écrire en avance mes articles sans que personne ne puisse me griller en passant derrière moi. Pas très sérieux donc mais bon de ce que j’ai pu voir y’a bien pire.

Commencer un nouveau boulot cela veut dire s’adapter à un nouvel environnement. Que ce soit au niveau du travail, des personnes avec qui l’on travaille ou des process officiels et officieux de la boite, le changement est bien souvent radical. On ne sait jamais finalement où l’on va tomber et même si sur le papier l’offre semble alléchante, j’ai l’impression que quelque part il y a toujours un revers de médaille et bien sur ce revers est souvent (toujours) lié au gens avec qui l’on doit travailler.

Je ne sais pas si c’est l’expérience qui parle, après tout je suis considérée comme sénior maintenant, ou les restes de mon dernier boulot au milieu des paranoïaques et incompétents compulsifs, mais j’ai vraiment beaucoup de mal à ne pas rester constamment sur la défensive. Je n’oublie pas que je suis en période d’essaie et que tout ce que je peux dire peut potentiellement être interprété. Ajouter à ça que je suis une femme en couple stable de plus de 30 ans et que dans la croyance populaire je suis donc susceptible de pondre rapidement, je préfère rester le plus évasive possible ou pire « mentir »  sur ma vie privée ou sur mes envies. Je sais qu’au final ma sélection finale ne se fera pas que sur la qualité de mon travail d’autant que je suis la plus expérimentée dans le domaine, mais surtout sur ma sympathie / facilité d’adaptation/ facilité de commérage /facilité d’être un mouton toujours d’accord ou presque et bien sur CA M’ENERVE ! Je pensais que le CDI me permettrait d’être sereine, encore une illusion qui se révèle…

Laisser un commentaire