Twitter, je crois bien que tu m’emmerdes

Il faut que je vous avoue un truc. De tous les média sociaux que je fréquente, je dois avouer que twitter est celui que je déteste le plus. Forcément, j’y suis donc peu. Je crois que la majorité de mes twits sont des twit photo Instagram et My365 et des twits avertissement d’un nouvel article sur le blog. Quelques fois il m’arrive de réagir au twit d’une personne dont le sujet m’interpelle mais c’est assez rare et c’est souvent des gens que je connais la plupart du temps et que je fréquente dans la vraie vie le plus souvent.

Et pourtant voilà, je crois que twitter m’emmerde. Je crois que twitter fait ressortir le pire des gens. Je ne sais pas si c’est le fait que les twit soient limité en nombre de caractères ou quoi, mais je les trouve bien souvent dénués d’intérêt voire parfois limite violent (je pense notamment aux événements de Toulouse des dernières 24h).

Je crois que twitter peut déformer à tout jamais l’image que l’on se fait d’une personne : par exemple cette fille que je savais intelligente et qui s’est transformé en plante verte hiii mon homme est merveilleux, le plus beau, le plus fort à presque chaque twit entre deux chatons, ou ce mec que je trouve super gentil et rigolo dans la vraie vie et qui se transforme en donneur de leçon, arrogant et pédant sur twitter. Et ça, voyez, j’ai du mal en vérité. A cela s’ajoute les sautes d’humeur des gens, les attention whore en nombre hallucinant, les gens qui critiquent tout et tout le monde,  les twit life d’émission de télévision, je le fais de temps en temps pour top chef mais en réalité c’est surtout chiant quand c’est des émissions que tu ne regarde pas et comme je ne sais pas comment on fait pour supprimer un hashtags je subis, les questions existentielles sur quel type de vernis mettre ou savoir que la planète entière a été à une présentation de la petite robe noire de Guerlain et pas moi etc…

Twitter parfois, c’est aussi le diable, c’est le diable qui te tente constamment, pire que les blogs. Parce que toi aussi t’a envie du super sac à la mode, ou des chaussures de folies d’une telle ou encore de la dernière petite robe soit disant pas cher d’une autre, et que faute d’être crésus ou en très bon terme avec ton banquier pour assouvir tous ces désirs que tu n’avais pas avant, twitter il faut l’avouer et surtout une source de frustration sans pareil.

J’avoue que twitter a aussi des cotés pratiques, je suis sure d’avoir une réponse quasi immédiate à un problème technique, c’est aussi le meilleur véhicule d’info à l’état brute quelques fois non avérées, ça me permet de savoir que tel ou telle blogueur a enfin publié un article et du fait de suivre des blogueuses cuisines ca me donne autant d’idées de recettes à tester que de bave de ne pas pouvoir gouter leur nouvelle trouvaille mais c’est bien là le seul intérêt que je lui trouve, être le synopsis d’une lecture d’article de blog.

Alors pourquoi me direz-vous j’y suis toujours ?

Parce que je suis faible, voilà tout (et qu’il y a Alexandre Astier)

 

7 Commentaires

  1. Ah oui…Alexandre, c’est quand même la bonne raison pour rester sur ce truc qui ne sert pas à grand chose (Alexandre, je t’aime, si tu passes par là…lol)

    1. Amy dit : Répondre

      Ha ha, encore une fan ^_^ je n’irai pas jusqu’à dire « je t’aime Alexandre » mais je reconnais qu’il a beaucoup de qualités ^^ Femme qui rit….

  2. J’avoue qu’en ce moment, Twitter m’épuise. Entre la campagne présidentielle façon twitter où la mauvaise foi est reine, les commentaires à base de « Huhu Hollande s’est fait une couleur ratée, comment les gens peuvent voter pour lui » ou « les sondages, c’est de la merde sauf quand c’est Mélenchon qui gagne »… et les événements de Toulouse… Ca, ça m’a rendu dingue, j’avais la sensation d’une course au « scoop » (rien de plus qu’un livetweet de la télé), de mecs persuadés qu’ils feraient mieux que le raid, qui ne comprenaient rien, ceux qui criaient à l’exécution pure et simple en ne cachant même pas leur impatience de voir le sang couler. C’était violent. L’émotion des gens ? Bon sang, on parle de villes où j’ai grandi, vécu, que je connais et que j’aime, je me suis pas sentie obligée de faire du pathos sur Twitter. Tellement envie de gueuler aux gens de la fermer, d’arrêter de parler à tort et à travers. Epuisant.

    Et oui, tu le sais, je trouve aussi que Twitter ne fait pas sortir le meilleur de nous. Qu’il y a des gens, je les connaîtrais pas hors Twitter, je n’aurais juste aucune envie de leur parler tellement je les trouve creux et sans intérêt.

    Ca me démange de faire un article dessus, je vais peut-être rebondir sur le tien, du coup.

    Un bisou pour la peine ;)

    1. Amy dit : Répondre

      oui j’ai trouvé ca assez violent aussi. Et pourtant ma timeline n’est pas très grande….
      quand au reste j’avoue que c’est ça qui me retient sans doute d’y être plus souvent malgré mes 50 comptes que je n’utilise pas #vismaviedeschizoduweb
      J’attends avec impatience ton article en tout cas. Et bisous aussi Miss

  3. J’ai fini par me mettre à Twitter un jour de grand désoeuvrement, et pareil je n’arrive pas à m’y faire. La fonction de réponse notamment me semble particulièrement inutile et exclusive (en gros, c’est chiant pour tout le monde sauf pour les deux intéressés) (sauf quand c’est un tweet d’Alexandre Astier bien sûr). La limite en nombre de caractères exclut d’office les échanges argumentés : lancer un débat sur Twitter = le grand LOL
    Un lien qui résume mon sentiment sur le propos :http://www.klaire.fr/2012/03/22/oui-bonjour-ce-serait-pour-quon-me-rende-twitter/

    1. Amy dit : Répondre

      J’aime beaucoup ton lien ^^ et on est d’accord sur les tweet d’Alexandre :)

  4. Tout comme toi, « j’insta-tweet » principalement, pour le reste, j’y lis parfois tellement de conneries quand j’ose m’y aventurer que je préfère ne pas réagir :p
    Je risquerai d’être violente et au final ressembler à ceux que j’ai envie d’étriper…
    On en revient donc bien à ta réflexion sur les bienfaits de twitter sur l’organisme humain, conclusion: on est foutu!
    Le piou aura notre peau :(

Laisser un commentaire